Le bleu n’est pas qu’une couleur

Comment le bleu devient-il la couleur préférée des Français après avoir été couleur royale et avant cela couleur honteuse dans la Rome antique ?

Pourquoi au Moyen-Age le jaune servait-il à représenter les personnages couverts d’infâmie et pourquoi reste-t-il la couleur de la traîtrise même si les impressionnistes l’ont partiellement réhabilité ? Est-ce un hasard si le dollar est vert ?

L’historien médiéviste Michel Pastoureau, spécialiste des couleurs, des images et des symboles considère que la couleur est une idée. Dans ses ouvrages, il raconte l’histoire des couleurs et montre en quoi elles sont un fait culturel en plus d’être matière ou lumière et combien elles sont au cœur de querelles politiques et sociales.

En poche ou en ouvrage d’art, on trouve sous la plume de Pastoureau l’histoire du bleu, du noir, du vert et, depuis peu, celle du jaune.

Pourquoi aimons-nous ces livres ? Sans doute parce qu’en cheminant entre le « rire jaune », l’élégance du noir ou la relation du pouvoir avec la couleur rouge, ils nous accompagnent dans notre conviction que rien n’est fortuit, que tout fait sens, que récits et codes sociaux, actes et paroles sont à déchiffrer, pour définir le bon objectif, dire juste, se faire comprendre et convaincre.